Visite à la “Cité de l’Histoire”, Paris La Défense, 23 février 2023

Par François Saint Lager

Le 23 février 2023 après-midi, j’ai passé environ deux heures trente à la “Cité de l’histoire“, lieu d’animations historiques, produit avec le concours de l’animateur de radio-télévision Franck Ferrand, qui est apparemment le Directeur de l’institution.

De nombreuses informations sur les activités proposées sont disponibles sur le site [https://cite-histoire.placeminute.com/], dont des conférences les lundis (mais pas en visio). Un teaser est disponible sur youtube.

Le prix d’entrée est de 24 € pour un adulte (‘’tarif de lancement’’). Ma visite a eu lieu pendant les vacances scolaires de la région parisienne et, sans être exceptionnelle, l’affluence est forte, avec de nombreux enfants accompagnés de parents ou grands-parents. Sans véritable surprise, le public semble originaire surtout de l’Ouest parisien ou de province.

Trois animations sont accessibles.

Une quatrième, balade virtuelle (grâce à un casque) à l’intérieur de Notre-Dame, est possible sur place, mais avec un autre billet (21 €).

ANIMATION 1 : Ellipse 360° – ‘’Victor Hugo’’.

Le public (environ 75 personnes) est placé au centre d’un espace clos, en cercle avec des murs d’environ 2,5 m de hauteur sur lesquels est projeté, vingt-cinq minutes durant, un documentaire animé à 360° sur la vie de Victor Hugo. Les images sont accompagnées de voix représentant Victor Hugo et Juliette Drouet.

L’objectif principal est de montrer les aspects intimes de la vie de ce grand personnage. Son œuvre, les faits marquants de son action publique et son rôle dans l’histoire sont relégués au second plan. Parmi ses ouvrages, trois, en tout et pour tout, sont cités : ‘’Hernani’’ pour évoquer le scandale de la représentation de la pièce et le clivage entre romantiques et classiques ; hormis la dimension ‘’bataille’’ (il n’y a aucun détail sur les raisons de celle-ci), l’aspect le plus spectaculaire de cette partie est que les images animées, projetées, d’une foule en cris dans un théâtre, sont de très mauvaise qualité. ‘’L’art d’être grand père’’ est évoqué sur la fin du ‘’spectacle’’ pour l’aspect familial du bon vieillard que fut Victor Hugo avec ses petits-enfants. Quant aux ‘’Misérables’’, aucune précision sur cette œuvre, ses protagonistes, ses péripéties et le monde qu’elle décrit : sur fond d’images d’océan, le commentaire indique qu’elle a été écrite contre ‘’Napoléon le Petit’’.

Les opinions politiques de Hugo sont évoquées pour apprendre au public qu’il a été en faveur des Bourbons, qu’en 1848, il a été du côté des révolutions, dont l’aspect principal semble d’avoir été toutes inspirées par la France et qu’il s’est opposé à l’empereur Napoléon III après avoir soutenu le Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte. Il ne nous échappera pas d’ailleurs que le père de Hugo était favorable à Napoléon. Victor Hugo est davantage présenté comme l’homme des révolutions en littérature que celui des révolutions politiques.

Que retenir de cette évocation ? L’enfance heureuse avec ses frère et sœur, son attachement à la Bible, la noyade de sa fille qui a pour conséquence son retour au bercail près de son épouse pour faire son deuil, ses longues séances de spiritisme où il peut échanger avec sa chère Léopoldine, mais aussi avec de grands personnages, y compris Jésus. Ses exils à Bruxelles et dans les Anglo-Normandes s’apparentent presque à des voyages d’agrément, même s’il est bien précisé qu’il affirme ne vouloir ‘’rentrer que quand la liberté rentrera’’. Enfin, n’est-ce pas un signe que ‘’l’avenue d’Eylau’’ a été rebaptisée ‘’Avenue Victor Hugo’’ et comment ne pas être triste en réalisant que quand il est enterré au Panthéon, sa chère Juliette est morte depuis deux ans déjà ?

Ce qui frappe, dans cette animation (comme dans les suivantes – Cf. ci-dessous), c’est l’absence de personnages, d’êtres humains autres que ceux qui sont évoqués directement. Le siècle de Victor Hugo fut-il celui des révolutions, des combats pour les droits et l’avènement de la République en France et de la Commune ? Difficile de le croire à l’issue de cette projection, l’humanité et la dimension sociale et collective de l’écrivain restant clairement en retrait au regard des anecdotes entourant sa vie personnelle.

ANIMATION 2 : Parcours immersif – ‘’La clef des siècles’’.

Cette activité permet, en passant dans dix-sept salles successives, de remonter le temps de 1993 à 987, en une quarantaine de minutes. Deux types d’animations sont possibles :

  • La plupart des salles présentent des décors ‘’passifs’’ : un mannequin représentant un De Gaulle assis de dos dans son bureau de la Boisserie rédigeant ‘’Mémoires de Guerre’’ ; des mottes de terre, des barbelés et deux mitraillettes, seuls horizons des poilus de la Grande guerre ; Napoléon sous une tente à Eylau avec son mobilier de luxe, tandis que la neige tombe à l’extérieur ; un mannequin de noble du XVIIe assis à sa fenêtre donnant sur sa plantation de bananiers dans les Antilles françaises ; les carrosses de Louis XIV dans les écuries de Versailles ; une loggia sur les champs du Dauphiné pendant les guerres de religions ; l’atelier des artisans chargés de la Cathédrale fortifiée Sainte Cécile d’Albi, à l’apogée de la France chrétienne combattant les hérétiques albigeois, témoignage de ‘’splendeur de ces majestés de la foi’’. Les commentaires sont dits par Franck Ferrand et Anissa Haddadi, selon le guide qui nous présente l’animation. Il précise que ce sont ‘’deux historiens’’. Si le premier n’est plus à présenter, une recherche internet permet d’identifier la seconde : titulaire d’un baccalauréat cinéma, elle est animatrice d’émission à Europe 1.
  • Dans quelques salles, une ou un comédien joue un personnage : un instituteur comme ‘’hussard noir’’ de la République, un brave artisan du peuple dont l’atelier donne sur la Bastille le 14 juillet 1789, Jeanne dans une salle d’un palais à Orléans, la serveuse d’une auberge complètement dévastée (l’auberge, pas la serveuse) après un raid viking, …

Le principe global est simple : le groupe d’une dizaine de spectateurs entre dans la salle, écoute ou assiste à la scène durant une minute trente environ, puis, au signal sonore, doit déguerpir rapidement pour laisser la place au groupe qui arrive et ne pas rater le début de la scène suivante. Quand un comédien est sollicité, il se charge de faire sortir le groupe et se réfugie dans une pièce attenante tandis qu’un autre le remplace immédiatement pour prendre en charge le nouveau public qui s’annonce.

Sans entrer dans le détail de chaque morceau de cette ‘’grande’’ histoire française et en essayant de rester le plus objectif possible, deux traits m’ont marqué :

A – Ces scènes sont, dans leur grande majorité, ‘’inhumaines’’ au sens littéral du terme, à savoir sans la présence d’êtres humains.

14-18, par exemple, est symptomatique : la guerre est un paysage lugubre, sans autre perspective que des mottes de terre et du fer ; pas de compagnons d’armes, pas d’ennemis, pas d’officiers ; si l’idée est de montrer que la guerre est ‘’inhumaine’’, bravo, c’est réussi ! Mais j’ai les plus grands doutes sur une telle volonté, ceci ressemble plutôt à l’idée que la guerre est un vague concept du passé, une époque de bruits et d’éclairs, mais sans réelle consistance, assez aseptisée, où toute notion de souffrance, de mort, de chair, de relations sociales, de partage d’intimité est bannie.

De même, la scène de la Bastille est sidérante : le public partage les confidences d’un artisan, un ‘’vrai’’ travailleur, indépendant, sorte de représentant de la majorité silencieuse de l’époque qui se moque de quelques ‘’braillards’’ (qu’on ne voit pas puisqu’on est à l’intérieur de son atelier et que seule la sono permet de comprendre qu’il y a du tumulte) qui, d’après lui, ne vont pas aller bien loin. Quel message sur la Révolution française veut-on faire passer ? Je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec les troubles sociaux qui traversent la France depuis plusieurs années et de manière encore plus vive ces dernières semaines : sans faire de procès d’intention à l’égard des auteurs, c’est un peu comme si la ‘’vraie France’’, déjà, à l’époque, ne croyait pas et surtout ne voulait pas de la Révolution et que celle-ci n’a pu triompher que parce que la police du roi de l’époque n’était pas capable de mater une poignée de belliqueux contestataires…

B – L’approche est celle du roman national de la France.

Ce serait injuste d’affirmer que les évènements sont narrés exactement de la même façon que dans les écoles de la Troisième République, voire celles des Trente Glorieuses. Par exemple, la première station évoque E. Cresson la première femme Premier ministre de la France en 1993 et une salle est consacrée aux conditions de travail dans les mines au XIXe (mais, à nouveau, sans montrer les humains, uniquement en faisant circuler les visiteurs dans une reproduction de boyau).

Mais le ripolinage de façade ne fait pas vraiment illusion. On remonte le temps pour rencontrer les moments phares d’une nation glorieuse. Le fait marquant de l’hiver 54 n’est pas le combat de l’Abbé Pierre contre la pauvreté, mais la traversée du désert de ‘’mongénéral’’ à Colombey-les-deux-Eglises. La présentation des guerres de religion ou l’approche du colonialisme, ce dernier uniquement dans les Antilles aux Temps modernes (AOF, AEF, guerre d’Algérie, … et puis quoi encore ?) sont montrées ‘’d’en haut’’, depuis le balcon de résidences aristocrates. Comme la galerie des glaces ne pouvait être reproduite, la splendeur monarchique absolue de Versailles est magnifiée par les carrosses royaux (Comment ne pas s’exclamer ‘’ils savaient faire des belles choses à l’époque’’ ?). Par petites touches, le socle chrétien du pays est signifié, rappelé, surligné et le choix de 987 comme point d’aboutissement de la visite est à la fois symbolique et clair, rappelant ‘’l’onction divine octroyée’’ à Hugues Capet, dont il est rappelé que les ancêtres étaient déjà en première ligne pour repousser les premiers d’une longue série d’envahisseurs de la Nation, les Vikings.

La pénultième salle consacrée à ces invasions normandes ferait presque pitié, avec son banquet en ruine, sa ‘’va-nu-pieds’’ qui se lamente et, en fond d’écran, l’image ombrée d’un navire viking qui remonte une rivière de décor. La ‘’Cité de l’Histoire’’ supporte mal, ici, la comparaison avec, par exemple, le Puy du Fou, le tableau n’étant qu’une version ultra ‘’cheap’’ des grosses animations ‘’kitsch’’ pyrotechniques de la baudruche vendéenne, tout en reprenant les mêmes obsessions héroïques identitaires. Même si, en étant honnête, il faut admettre que le plein air estival du Poitou offre d’autres opportunités scéniques que les sous-sols confinés de l’Arche de la Défense.

ANIMATION 3 : Frise chronologique – ‘’Le couloir du temps’’.

Dans cette longue salle, plutôt un couloir large, sont évoqués 400 évènements de l’Histoire mondiale, grâce à 25 bornes. Sur chacune, le visiteur peut sélectionner une date parmi 15 ou 16. Sur le mur derrière l’écran s’affiche alors une image représentant l’évènement décrit en une ligne et mentionnant sa date. Les illustrations ne sont pas sourcées, qu’il s’agisse de dessins ou de photographies.

En cas d’affluence dense, comme les visiteurs circulent entre les bornes et les écrans de projection, il est peu probable que tous, surtout parmi les jeunes spectateurs, garderont la patience de s’imprégner de toute l’imagerie proposée. C’est ainsi que souvent, l’objectif pour les accompagnants des enfants, est de leur montrer l’évènement qui symbolise l’année de naissance de ceux-ci, voire la leur propre, d’où le plus grand succès des dernières étapes.

La première date mentionnée est 480 avant notre ère, la dernière 2021.

Les dix premières bornes couvrent la période de -480 à 1783 avec 143 dates. A partir de 1789 et du onzième écran, chaque année bénéficie de son propre évènement, soit quinze bornes pour couvrir les 230 dernières années de l’Histoire. Inutile donc de préciser que cette salle a pour but de valoriser prioritairement l’Époque contemporaine et de ‘’gaver’’ le public d’évènements ‘’récents’’, plutôt que de le convier à une réflexion sur le temps long.

La répartition temporelle par écran est la suivante :

Ecran 1 : de -480 à -146 Ecran 2 : de -139 à 270 Ecran 3 : de 274 à 618 Ecran 4 : de 622 à 1000
Ecran 5 : de 1170 à 1327 Ecran 6 : de 1333 à 1492 Ecran 7 : de 1501 à 1572 Ecran 8 : de 1582 à 1649
Ecran 9 : de 1658 à 1728 Ecran 10 : de 1738 à 1783 Ecran 11 : de 1789 à 1810 Ecran 12 : de 1811 à 1825
Ecran 13 : de 1826 à 1840 Ecran 14 : de 1841 à 1856 Ecran 15 : de 1857 à 1872 Ecran 16 : de 1873 à 1887
Ecran 17 : de 1888 à 1900 Ecran 18: de 1901 à 1915 Ecran 19 : de 1916 à 1930 Ecran 20 : de 1931 à 1945
Ecran 21 : de 1946 à 1960 Ecran 22 : de 1961 à 1975 Ecran 23 : de 1976 à 1990 Ecran 24 : de 1991 à 2006
Ecran 25 : de 2007 à 2021      

Si, bien sûr, chaque sélection de dates par les concepteurs peut provoquer de longs débats, j’ai choisi de repérer uniquement trois périodes / dates spécifiques de l’Époque contemporaine : 1869-1872 ; 1934 ; les six années de la Seconde Guerre mondiale (Cf. Annexe ci-dessous) :

  • Aucune trace de la Commune de Paris entre la fin du Second Empire et l’avènement républicain ;
  • L’évènement majeur de 1934 est la parution d’un roman américain et non les évènements de février en France, ni la ‘’nuit des longs couteaux’’ en Allemagne, ni la ‘’Longue Marche’’ en Chine ;
  • Peu à redire sur 1939-1945 quant aux séquences retenues, mais j’ai vraiment eu l’impression d’être plus dans un atelier de révision pour un concours de jeux télévisés que dans une évocation réflexive de l’Histoire.

BOUTIQUE ET LIBRAIRIE :

Je n’ai pas pris le temps de prendre beaucoup de notes lors de mon passage à la boutique. Celle-ci est composée pour moitié d’ouvrages et pour moitié de bibelots et objets mettant en avant la raison d’être de l’établissement. Du côté des livres, peu sont issus d’éditions universitaires, le schéma reste celui de la personnification à outrance. Si vous êtes curieux de De Gaulle, vous trouverez tout ce que vous cherchez ; si vous êtes plutôt attiré par une histoire sociale mondiale, passez votre chemin.

Par exemple, au rayon ‘’Grandes découvertes’’, on trouve des biographies de Colomb, de Bougainville, de Lesseps, le ‘’Magellan’’ de S. Zweig aux côtés de ‘’L’empire de Chaka Zoulou’’ de T. Ndiaye, ‘’La traite des Noirs’’ de H. Thomas, ‘’Les négriers en Terre d’islam’’ de J. Heers… Pas de somme telle, par exemple, ‘’L’exploration du monde’’, sous la direction de R. Bertrand ou sa propre narration de la première circumnavigation, ‘’Qui a découvert quoi ?’’

Au niveau de ce qui est proposé au jeune public ou comme Bandes Dessinées, pas de trace par exemple des vingt volumes de ‘’l’Histoire Dessinée de la France’’, édités par La Revue Dessinée et la Découverte, qui ont une approche globale sociale de chaque période examinée. A nouveau, les héros individuels sont mis en avant avec, classiquement, la série ‘’Ils ont fait l’histoire’’ chez Glénat/Fayard, mais aussi, de manière plus déroutante et interpelante, les biographies tirées du catalogue ‘’Le vent de l’histoire’’ des Editions du Triomphe qui s’enorgueillissent de leur vision nostalgique des années 1950 et 1960 !

Pour les plus jeunes, sont proposées ‘’Mes petites questions d’histoire’’ des éditions Milan (rachetées par Bayard il y a une vingtaine d’années). C’est ici que j’ai trouvé pratiquement le seul ouvrage, de toute la librairie, consacré à la colonisation : ‘’Colonisation et décolonisation françaises’’, qui m’a semblé pas mal du tout, même si l’auteure est une médiéviste spécialiste des relations entre Eglises et Etat.

En conclusion

Même en restant le plus neutre possible dans une approche analytique de ce qui est présenté et en voulant ignorer qui est le maitre d’œuvre de ce qui est raconté, le constat est malheureusement sans surprise : le cœur de la ‘’Cité de l’histoire’’ est le roman national (au fait, pas de trace de Suzanne Citron dans la librairie), avec une histoire-évènements qui se concentre sur les personnages et leurs petits secrets biographiques, où les humains et le collectif n’ont pas voix au chapitre (certainement pas sous un angle positif en tout cas) ; ce qui compte, ce sont les marques imprimées par les dates, exactement pourtant ce que me disent détester mes élèves.

Histoire rance et boursouflée, tirée de manuels scolaires poussiéreux, déconnectée de toute la richesse réflexive apportée désormais par le numérique, dans le parfait prolongement des livres d’anecdotes et émissions télévisuelles ‘’à succès’’ de prétendus spécialistes d’histoire, à vocation médiatique (Berne, Deutsch, Ferrand, … comme courroies de de Villiers et Zemmour), dans une caricature d’arrogance franco-parisienne de surplomb sur ce qu’il faut savoir de la Nation.

Les jeunes gens des années 1950 ont plaisir à faire découvrir à leur progéniture la ‘’Grande Histoire’’ (plutôt d’ailleurs ‘’les belles histoires’’) qui leur était inculquée. Cette éducation à l’histoire correspond à la ligne suivie dans les offensives de revalorisation des savoirs prodigués sous la Troisième République, caressant dans le sens du poil les nostalgiques des coups de règle sur les doigts, telle la chaine youtube ‘’Je révise avec toi’’ (épisode 35 sur ‘’l’empire colonial Français’’). Vision que les promoteurs de la chaine mettent en avant avec ces propos : « Donnez la date de l’Edit de Nantes, quel roi l’a signé et quelle est sa disposition la plus importante ; à quelles dates ont été proclamées les différentes républiques françaises et suite à quels évènements ; citez un grand explorateur du XVIe, un grand ministre du XVIIe, un écrivain du XVIIIe et un savant du XIXe. Ce sont quelques questions qui vous semblent difficiles, mais qui étaient la base du certificat d’études primaires de 1930. En 2018, moins de la moitié des Français étaient capables d’y répondre. A qui la faute : à l’Education nationale ! » (1)

(1) Cf. https://www.youtube.com/watch?v=6-GoOpaX8NM&t=7021s à 1h56’.

 

François Saint Lager

Professeur d’histoire dans le secondaire général, professionnel et qualifiant à Bruxelles

 

*

Annexe

Exemple d’images et commentaires proposés dans le ‘’couloir du Temps’’ (Animation 3).

1851 : Première exposition universelle dans la Londres victorienne.
La révolution industrielle acquiert ses lettres de noblesse
1869 : Le canal de Suez relie la Méditerranée à la Mer Rouge.
L’Asie se rapproche soudain de l’Europe
1870 : Défaite française et chute du Second Empire.
Progressivement la République va s’installer en France
1871 : Fondation de l’empire allemand dans la Galerie des Glaces du Château de Versailles.
La France est humiliée dans l’un des symboles de sa grandeur
1872 : Impression, soleil levant
par Claude Monet.
L’impressionnisme a trouvé son acte de baptême
1934 : Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald.
Le néonaturalisme américain pare les Années Trente
de couleurs chamarrées
1939 : Invasion allemande en Pologne.
Les démocraties d’Europe réagissent enfin et déclenchent la Seconde guerre mondiale
1940 : Exode de la population française vers le Sud du pays.
Le recul des forces alliées devant la poussée allemande entraine la chute de la IIIe République
1941 : A Pearl Harbour, raid aérien du Japon contre la flotte américaine.
L’évènement convainc les Américains de s’engager dans la guerre
1942 : Conférence de Wannsee sur la Solution Finale.
Le régime nazi organise contre la population juive la pire campagne d’extermination de l’histoire
1943 : Victoire de l’armée rouge à Stalingrad.
Aux yeux du monde, la guerre connait un tournant favorable au camp allié
1944 : Débarquements alliés en Normandie et en Provence.
La libération de l’Europe occidentale passe par celle du territoire français
1945 : Explosion des bombes atomiques de Hiroshima puis Nagasaki.
En obtenant du Japon une paix sans condition, les Etats-Unis prouvent l’efficacité absolue de leur nouvelle arme



Citer ce billet
cvuh (2023, 17 avril). Visite à la “Cité de l’Histoire”, Paris La Défense, 23 février 2023. CVUH. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search