Un « historien » au service de l’Intelligence Artificielle : réflexions sur l’interview de Raphaël Doan par Alexandre Devecchio (Le Soir, 20 mai 2023)

Par François Saint Lager

Dans le quotidien belge Le Soir du samedi 20 mai est reproduit sous le titre « Je ne crois pas que l’IA doive être regardée comme une concurrente aux êtres humains » un article paru initialement en France dans Le Figaro. Il s’agit d’une interview par Alexandre Devecchio de Raphaël Doan qui publie aux éditions Passés/Composés une uchronie intitulée Si Rome n’avait pas chuté. Il est d’emblée précisé qu’elle a été en partie rédigée avec l’aide de logiciels d’intelligence artificielle (IA). L’article est accompagné du portrait photographique de l’interviewé.

Vous trouverez ci-après quelques réflexions tirées de la lecture de l’article (et non pas de l’ouvrage), autour des thématiques suivantes :

• L’utilisation du statut d’historien pour mettre en avant un auteur qui n’est pas historien ;

• La question de l’usage de l’IA en histoire, dans un contexte de lutte contre les fausses informations et de mobilisation pour une éducation aux médias, enjeux fondamentaux dans un proche avenir (adaptations par exemple en classe d’histoire avec l’utilisation de l’IA par les élèves pour réaliser les devoirs et par le professeur pour préparer ses leçons ; potentiel de l’IA pour développer ou affiner notre connaissance du passé ; risques de remise en cause générale et/ou systématique de savoirs historiques pourtant solidement établis ?)

• La relation entre médias d’actualité et historiens[i].

1 – L’auteur : déconstruisons « l’historien » Raphaël Doan

Que nous dit son profil Linkedin ? Le portrait affiché est celui de l’article. L’introduction annonce le titre de ses ouvrages et les références « Indépendant – ENA École Nationale d’Administration ». Il compte (fin mai 2023) plus de 500 relations et 1 000 abonnés.

Ainsi, à première vue, notre personnage ne semble pas s’enorgueillir du statut d’historien, mais de sa formation prestigieuse de haut-fonctionnaire public et de son « indépendance ». Soit dit en passant, la question posée dans ce dernier cas est pour moi toujours la même : indépendant certes, mais de qui, de quoi ?

R. Doan a reçu de 2011 à 2018 des formations de Lettres et de Lettres classiques à l’ENS, de Master en Lettres classiques à la Sorbonne, d’Agrégation de Lettres classiques et enfin de l’ENA. Je ne connais pas les us et coutumes de l’enseignement supérieur français, mais pour moi la conclusion est assez limpide : il n’a pas reçu une formation d’historien. Cela dit, il serait profondément injuste, avec un tel parcours, de prétendre qu’il n’a pas de nombreuses et solides qualités intellectuelles, lesquelles peuvent tout naturellement l’amener à écrire sur des faits historiques s’il en éprouve l’envie.

Intéressons-nous donc à son expérience professionnelle pour affiner cette première approche. Toujours d’après sa propre autobiographie sur le réseau Linkedin, R. Doan, outre son statut d’auteur, met en avant trois responsabilités :

– Professeur de Droit public pendant une année (2019-2020) à la préparation à l’ENA (Paris I-ENS) ;

– Conseiller au Tribunal administratif de Paris depuis juillet 2019 ;

– Premier adjoint de la commune du Pecq (Yvelines), en charge de l’Urbanisme et des Travaux, de l’Environnement et du Développement durable. Il est aussi conseiller communautaire de la Communauté d’agglomération Saint Germain boucles de Seine (CASGBS). Le Pecq est une commune de 15 000 habitants, dirigée par Mme Laurence Bernard, dont la majorité est issue d’une liste « sans étiquette ». Derrière ce vocable se réfugie ici l’ancienne première adjointe de A. Gournac, actuellement sénateur « Les Républicains ». Lors des législatives de juin 2022, L. Bernard a appelé à voter pour la députée « Renaissance », Mme N. Pouzyreff, car « faire barrage à la NUPES est notre objectif commun ». Bien que ce ne soit pas la commune la plus peuplée de l’agglomération, Le Pecq est le siège de la CASGBS qui regroupe 19 communes et un peu moins de 340 000 habitants.

À la lecture de ce pedigree, une question s’impose : pourquoi le journal Le Figaro estime-t-il opportun de présenter R. Doan comme historien, ce qu’à l’évidence il n’est pas, non seulement selon sa propre autobiographie, mais également selon celle de son éditeur ?

Bien entendu, je me sens flatté de constater qu’une personnalité aussi riche de titres et aussi active dans diverses voies politiques, administratives et intellectuelles soit mise en avant avec la profession dont je peux me prévaloir suite à l’obtention d’un Master d’histoire. Mais je m’interroge : toutes ces autres qualifications ne suffisent-elles pas pour le rendre légitime à s’exprimer sur le sujet qu’il développe dans l’article, sans lui conférer un statut, qui, soyons honnête, est plutôt considéré comme dépassé, voire rétrograde, dans notre société de consommation ? Ou bien soyons positifs, considère-t-on que la condition d’analyste du passé constitue un laissez-passer plus solide que l’ensemble de ses diplômes ?

Si on sort des sites autobiographiques de l’auteur et de sa maison d’édition, les médias d’information qui font appel ou mettent en avant R. Doan reflètent généralement des opinions de droite, voire d’extrême-droite, comme le montre l’inventaire suivant, bien entendu non exhaustif : Marianne, L’Express, BFM TV, Fondation Charles de Gaulle, Le Point, La Revue des Deux Mondes, Causeur, Sputnik France, Sud Radio, FigaroVox

2 – L’article : quelques extraits commentés

À titre préliminaire, il convient de souligner que les affirmations de R. Doan concernent le paysage sociétal en France et que mes observations personnelles se réfèrent à la Belgique. Un décalage dans la situation entre les deux sociétés n’est pas à exclure sur certains points, mais de manière globale, je ne pense pas que le fossé entre les deux soit énorme.

« (Le livre) est construit comme un dialogue (…) je commente ensuite ces inventions avec un regard historique, économique ou culturel. »

La casquette d’historien semble même, au goût de notre auteur, un peu trop petite : il s’autorise donc d’autres points de vue. S’il n’y a aucune difficulté à lui reconnaitre l’aura culturelle nécessaire pour aborder toute question sous cet angle, rien dans sa formation, ni ses expériences professionnelles, ne montre l’étendue de ses connaissances économiques, à moins de considérer bien entendu que l’ENA octroie par essence des compétences de « toutologue ».

« (…) faire générer du texte à l’IA, sélectionner les bons résultats, les relier ensemble, les éditer pour les améliorer est un travail d’ampleur. »

Première remarque, certes un peu facile : pourquoi ne pas avoir confié ces tâches à un logiciel d’IA ? Ceci dit, la sélection de bons résultats, l’amélioration de ceux-ci, etc., résonne davantage comme un travail d’auteur, de romancier, que comme une démarche méthodique, qu’emploie l’historien.

« Cela ne veut pas dire que (à cause de l’IA), nous serons tous inutiles. Au contraire, nous serons plus productifs et créatifs. »

R. Doan établit implicitement une relation d’opposition entre « être inutile » et « être productif et créatif ». Cette allusion, à mon sens, caractérise bien l’homme politique (même si, à ce stade, il ne l’est qu’à un échelon local), mais ne peut pas constituer une contribution utile à la connaissance historique. Plus choquante est sa façon décomplexée d’affirmer l’inégalité entre les Français, dans sa vision d’avenir connectée à l’IA : « cela ne veut pas dire que nous serons tous inutiles », certes, mais hormis, sans doute, les « premiers de cordée », certains le seront !

« L’IA m’a donné des idées et des points de vue que je n’aurais pas eus autrement. C’est le contraire du remplacement. »

L’usage du terme « remplacement » ici pose question, notamment dans le contexte de l’interview, conduite dans le quotidien de droite Le Figaro par un polémiste médiatique, chantre de la peur du grand remplacement. Présenter une vision autre que la sienne comme alternative à un quelconque remplacement prêterait presqu’à sourire quand on analyse le contexte dans lequel cette appel à la diversité, à la tolérance et à l’écoute de l’autre s’inscrit ici.

« Il ne faut pas oublier que toutes ces IA sont précisément entraînées sur la production collective de l’humanité et incorporent donc nos passions, nos goûts, nos failles. »

Cette affirmation suscite deux remarques :

1) Le potentiel des IA englobe peut-être la totalité des passions, goûts et failles de l’humanité, mais quel résultat concret sera délivré au chercheur ? Statistiquement, ne risque-t-on pas de voir émerger la vision « mainstream », ce qui est partagé par le plus grand nombre, le plus petit dénominateur commun qui sera automatiquement régurgité par la machine ? En réalité, face à l’immensité des possibilités de la machine et le temps humain compté pour l’utilisateur, celui-ci pourra-t-il tirer de son expérience de quoi refléter la totalité de la diversité humaine ?

2) En tant que professeur d’histoire, j’ai beaucoup de difficultés lorsqu’un individu utilise le pluriel. Que couvre ce « nos » (passions, goûts, failles) ? À quelle pluralité l’individu se réfère-t-il pour son argumentation et sa contradiction ? Ou, autrement dit, « nos » reflète-t-il les émotions de l’humanité entière ou de la communauté gérée par l’entité génératrice de l’IA ?

« La photographie n’a jamais été une preuve de vérité. (…) les gens s’habitueront à penser qu’une image à elle seule ne prouve rien, ce qui est un bon réflexe. »

Cette phrase est à replacer dans le contexte d’une question sur les possibilités offertes par l’IA pour produire des photos hyperréalistes montrant par exemple l’arrestation de personnalités[ii]. Le propos de base est cohérent, le ton péremptoire pour l’affirmer choque : qu’il soit nécessaire de réfléchir en présence d’une image (d’un texte, d’un objet, d’un post, d’une vidéo, etc.) et que, par conséquent, il convienne de garder une certaine distance dans l’interprétation est effectivement ce que j’enseigne tous les jours. C’est l’essence même du travail d’historien. Je relève dans la seconde phrase les mots « à elle seule » qui nuance certes un peu la posture. Mais ce n’est pas ce qui est retenu par le lecteur (d’autant plus que dans la version en ligne [voir la capture d’écran ci-dessous], la première phrase est mise en exergue). D’une observation tout à fait exacte au départ et qui a fait l’objet de travaux depuis longtemps[iii], on bascule dans une généralité, dont le message est clair : « la photographie ment ! » S’agirait-il de banaliser le complotisme qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Une aubaine pour ceux qui s’acharnent à mettre en cause la légitimité du travail des chercheurs sur ce type de sources. Imaginons qu’un historien encourage la lecture du livre Un album d’Auschwitz de Tal Bruttmann, Stefan Hördler et Christoph Kreutzmüller qui apporte, grâce à un examen en profondeur de nombreuses photographies, pléthore d’informations sur la réalité concrète de certaines déportations à Auschwitz durant le printemps 1944[iv]. Son interlocuteur négationniste aura beau jeu de lui rétorquer que « l’historien » R. Doan conteste que la photographie a jamais été une preuve de vérité !

« Cela donnera (…) plus d’importance au travail des médias sérieux : même si une grande partie du texte des journaux de référence sera bientôt générée par IA, elle le sera sous la direction de journalistes qui seront gages de la qualité des informations et de l’analyse. »

L’emploi ici des formules « médias sérieux », « journaux de référence » et « journalistes qui seront gages de qualité des informations » interpelle.

Une première analyse pourrait souligner la déconnexion totale d’un auteur, qui s’accrocherait à une représentation idéalisée des journalistes contemporains, avec la réalité du monde économique de la production et diffusion d’information faisant souvent de ceux-ci de simples « pisse-copies ». La quasi-totalité des employeurs de « journalistes », comme Le Soir en Belgique ou Le Figaro en France, appartient à un pan de la finance, celui du traitement de l’information. Ces entreprises continuent à se référer au « noble » terme de « journalisme » pour désigner leur activité, laquelle consiste pourtant désormais massivement à répercuter auprès du plus grand nombre les éléments de langage ou la propagande fournis par les acteurs sujets de l’information.

À la réflexion, sans procès d’intention, il me semble que R. Doan, en mettant en valeur les atouts pour les médias de l’IA, témoigne ouvertement, avec cynisme et férocité, d’une certaine réalité du « journalisme de référence » moderne, celle d’un « journalisme de révérence », au service des intérêts politiques et économiques des ordres en place. Il constate que le traitement futur d’informations issues de l’IA ne change fondamentalement rien à la mission actuelle des prétendus « journalistes » : aujourd’hui déjà, ils ne sont pas eux-mêmes « producteurs », ni « créateurs » d’informations, mais bel et bien seulement « pourvoyeurs » de celles-ci. Ici, le « journaliste » de référence est gage de la « qualité » de l’information, dans le sens qu’il est formé, non à la débusquer comme cela se faisait naguère, mais bien à déterminer et analyser celle qui, seule, peut être diffusée.

« L’IA détruira ou bouleversera certains emplois, mais en créera d’autres, très probablement plus intéressants. »

Outre que R. Doan se situe dans une prévision qui, d’une part, n’est pas argumentée, et d’autre part, s’affranchit de toute démarche historique, il aborde ici la question de l’IA et de la réflexion intellectuelle (journalisme ou sciences, historique ou autre, peu importe) avec une vision de l’emploi abordée, exclusivement ou presque, à nouveau, sous l’angle de la quantité : au pire, un jeu à somme nulle, au mieux, le win-win

« Avec l’IA (…) (se) pose des problèmes de formation, de carrière, de réadaptation. C’est l’enjeu principal – et difficile – pour les pouvoirs publics aujourd’hui. »

Cette phrase a suscité de nombreuses interrogations qui sont en partie éclairées par la réponse à la dernière question de l’interview. Mais on peut ici s’en tenir à cette affirmation, car on aurait envie d’interroger le haut-fonctionnaire et l’homme politique qui a déjà les mains dans le cambouis du service public : que fait actuellement notre société en matière « de formation, de carrière, de réadaptation » ? En Belgique, il suffit de partager pendant quelques heures la vie des employés des services publics pour comprendre que la formation n’est pas un enjeu pour la société idéale des amis politiques de R. Doan : pour avoir été (mal) formé au métier de professeur et pour avoir discuté avec des soignants, des représentants de l’ordre, des acteurs de la justice, des enseignants, des surveillants de prison, je ne peux que constater la frustration systématique à propos de formations organisées de façon à nier l’aspect humain de la profession. Un policier efficace est un policier qui cogne, un prof efficace est un prof qui termine le programme, un soignant efficace est celui qui libère un lit ; le trait peut paraitre grossier, il est pourtant conforme à la réalité. Notre civilisation n’a pas de temps à perdre pour former à la mesure, à la réflexion, à l’approche humaine. Est-ce que R. Doan compte réellement convaincre le lecteur que les pouvoirs publics vont débloquer davantage de moyens financiers et personnels pour former les professionnels à s’adapter à ou s’accommoder de l’IA ?

« L’adaptation de notre économie et de nos services publics est encore plus urgente que la régulation. »

R. Doan aurait pu résumer en deux mots sa pensée : « restructuration, dérégulation ».

« Les problèmes de régulation que pose l’IA sont assez classiques : (…) protection des données personnelles, de droits d’auteur, de cybersécurité que notre droit a déjà bien explorées depuis le début de l’ère numérique. Je ne pense pas que ce sera un grand défi de les adapter aux IA génératives. »

Qu’en termes délicats ces choses-là sont signifiées. Une nouvelle fois, le message initial peut être tout à fait fédérateur et largement partagé : « l’éventail juridique à mobiliser sur les IA est déjà bien connu, c’est celui déjà utilisé depuis des années pour organiser la protection autour des données numériques ». Mais la conséquence qui en est tirée est tout à fait contestable : « Inutile de perdre encore davantage de temps pour discuter en profondeur de ces enjeux juridiques ! Il suffit de s’en tenir à ce qui existe, mutantis mutandis ». Sans doute R. Doan a-t-il raison : il y a eu beaucoup « d’explorations » du point de vue du droit. Il se garde cependant bien de tout éclairage sur le succès de ces dernières. Pour de nombreux citoyens, l’économie numérique est pourtant en roue libre, avec des garde-fous juridiques bien faibles et précaires.

« En revanche, adapter notre modèle d’éducation (…) est urgent et beaucoup plus délicat. »

Nous y voilà : les défis que va proposer l’IA, à l’évidence pour l’auteur, nécessitent un nouveau paradigme. Tous les bienfaits qu’elle peut apporter ne seront possibles que si notre société se met au diapason de l’ère numérique, celle qui sélectionne l’information et dirige sa diffusion. Le modèle actuel qui repose sur un service public de l’enseignement doit être adapté (et non pas « s’adapter », ce qui est tout à fait autre chose). Dit autrement : « l’IA va enfin permettre de privatiser l’éducation ! »

3 – Le livre : quelques comptes-rendus dans les médias

À toutes fins utiles, vous trouverez ci-après quelques liens vers des recensions de l’ouvrage ou des interviews de l’auteur. Vous constaterez que dans de nombreux organes de presse, R. Doan est présenté comme historien et que l’angle de présentation quasi-exclusif est l’utilisation de l’IA dans la rédaction et l’illustration de l’uchronie.

Charles Knappok, Raphaël Doan : « L’IA permet une production de livres impossible dans un processus de création classique », Livreshebdo, 14/03/2023.

Francesco Biamonte, « Pour son nouveau livre, Raphaël Doan a employé l’intelligence artificielle GPT », RTS, 05/05/2023.

Guillaume Mallaurie, « “Si Rome n’avait pas chuté” : quand Chat GPT-3 réécrit l’Histoire », Challenges, 28/04/2023. (G. Mallaurie est Directeur éditorial du Pôle Histoire du groupe Challenges qui inclut les mensuels L’Histoire et Historia).

Manon Krakowiak, « Si Rome n’avait pas chuté : un livre de science-fiction créé avec l’aide de l’IA », Le Parisien, 01/05/2023.

Louis Thiebaut, « Si Rome n’avait pas chuté : quand un historien écrit son roman uchronique avec ChatGPT », RTBF internet, 09/05/2023.

Pauline Gabinari, « J’ai créé un dialogue avec l’IA : comment un historien a coécrit son roman avec ChatGPT », Télérama, 09/05/2023.

Xavier Mauduit, « L’histoire face à l’intelligence artificielle. Et si les Romains avaient marché sur la Lune ? », Podcast Le Cours de l’histoire, France Culture, 12/05/2023.

François Saint Lager

Professeur d’histoire dans le secondaire général, professionnel et qualifiant à Bruxelles


[i]     Cf. l’interview de Gérard Noiriel par Mouloud Achour, CliqueTV, Canal +, 15/09/2019 (à partir de 4’30).

[ii]     Cf. par exemple [https://observers.france24.com/fr/am%C3%A9riques/20230324-intox-images-arrestation-donald-trump-emmanuel-macron-intelligence-artificielle-midjourney] (Page consultée le 06/06/2023).

[iii]    Cf. Alain Jaubert, Le commissariat aux archives. Les photos qui falsifient l’histoire, Barrault, 1986.

[iv]    Tal Bruttmann, Stefan Hördler et Christoph Kreutzmüller, Un album d’Auschwitz. Comment les nazis ont photographié leurs crimes, Paris, Le Seuil, 2023. Voir le podcast Paroles d’Histoire.



Citer ce billet
cvuh (2023, 19 juin). Un « historien » au service de l’Intelligence Artificielle : réflexions sur l’interview de Raphaël Doan par Alexandre Devecchio (Le Soir, 20 mai 2023). CVUH. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search