Soutien à « MÉMORIAL international »

(suite)

Ce qui suit vient en complément de l’article publié par Éric Aunoble sur notre site le 25 novembre 2021 : « L’association russe Mémorial menacée » : https://cvuh.hypotheses.org/284

1) Communiqué du Bureau de H2C : « Soutien à Mémorial international » (29 décembre 2021)

Créée en 1987, l’ONG Mémorial International a été une actrice essentielle de la démocratisation de la société russe. Elle a œuvré sans relâche pour la connaissance des mécanismes répressifs en URSS et pour la préservation de la mémoire de ses victimes. Depuis plusieurs années, elle était dans le collimateur des autorités russes. Obligée de se déclarer comme « agent de l’étranger » en 2016, elle avait été accusée d’infraction systématique à la législation sur les « agents de l’étranger ». La Cour Suprême russe vient de trancher : Mémorial International doit être dissoute. Le procureur l’a accusée de « déformer la mémoire de la Grande Guerre patriotique, chercher à créer une image mensongère de la Russie comme Etat terroriste » et « tenter de blanchir et réhabiliter des criminels et collaborateurs nazis ». L’avocat de l’association a annoncé que la décision du Tribunal serait contestée.

Historiens et Historiennes du Contemporain (H2C) avait manifesté son soutien à Mémorial International. Elle le réitère aujourd’hui. La connaissance du passé récent, et en particulier de ses heures les plus sombres, est essentielle à toute société démocratique. Les attaques portées contre Mémorial International nous rappellent l’importance des enjeux attachés à l’histoire du contemporain et la nécessité de lutter pour préserver les conditions d’un travail scientifique libre.

Liens possibles : 

https://www.change.org/p/ne-touchez-pas-%C3%A0-memorial

https://www.courrierinternational.com/article/liberte-dexpression-la-dissolution-de-lassociation-memorial-un-coup-de-massue-pour-la?xtor=EREC-20-%5bnl_quotidienne%5d-20211229%20%5bliberte_dexpression_la_dissolution_de_lassociation_memorial_un_coup_de_massue_pour_la

2) En complément, par Éric Aunoble (30 décembre 2021)

L’association n’a pas vraiment été créée en 1987 (ou juste son projet), mais plutôt en 1989 et même en 1992 sous sa forme juridique actuelle.

Le lendemain de la dissolution de Mémorial International (association faîtière) par la Cour suprême, le Centre des Droits Humains « Mémorial » a lui été dissous par le tribunal de Moscou.

La veille, Iouri Dmitriev a été condamné en définitive à 15 ans de réclusion (contre 13 il y a un an)

La semaine dernière, c’est contre le site OVD Info qui recense les arrestations politiques qu’une procédure a été lancée (en indiquant qu’un militant de tel ou tel courant est arrêté, il fait l’apologie de l’extrémisme et/ou du terrorisme. CQFD).

En dehors de ce qui est noté, le procureur a aussi déclaré : « Pourquoi nous, les descendants des vainqueurs, devrions-nous avoir honte et nous repentir au lieu d’être fiers de notre glorieux passé ? »

Les articles de Libération sur Mémorial (dont l’interview de Nicolas Werth au titre de Mémorial France) sont accessibles ici : https://alencontre.org/europe/russie/russie-dossier-liquidation-de-long-memorial-la-victoire-de-lhistoire-officielle.html

3) Lien vers « Le droit à la mémoire », film-documentaire sur l’un des fondateurs de Mémorial, Arseni Roguinski.

Le film vient de sortir avec des sous-titres en français par Marie-Karine Schaub, qui nous transmet cette information : https://therighttomemoryfilm.com/

« Le droit à la mémoire » est un film documentaire qui dresse le portrait de l’historien et militant des droits de l’homme russe Arseni Roguinski (1946-2017). Il s’agit d’un monologue qui révèle ce que Roguinski dit de lui-même, de son pays, du passé, du présent et de l’avenir de la Russie. Cofondateur de l’Association « Memorial » et longtemps à sa tête, historien faisant autorité, ancien dissident et prisonnier politique, Roguinski était un conteur remarquable. Un an avant sa mort, pour la première fois devant une caméra de cinéma, il a partagé ses réflexions sur un sujet très personnel et important pour lui : sa naissance au Goulag et la mort de son père dans une prison stalinienne, la nature de la terreur de masse, le devoir d’un historien et les raisons pour lesquelles ses compatriotes rejettent la mémoire du passé totalitaire du pays.

Monologue d’Arseni Roguinski. Réalisateur Ludmila Gordon. Directeur de la photographie Mika Altskan. Traduction française Marie-Karine Schaub. 2018, 96 min



Citer ce billet
cvuh (2022, 11 janvier). Soutien à « MÉMORIAL international ». CVUH. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search