Les vidéos “je révise avec toi”: une instrumentalisation qui tourne au révisionnisme

Une chaine Youtube intitulée “je révise avec toi” propose toute une série de vidéos problématiques par leur manière de raconter l’histoire. Marquées par un penchant pour le roman national, elles proposent une lecture biaisée voire erronée de l’histoire déconnectée des avancées de la recherche scientifique. On vous explique pourquoi pour plusieurs d’entre elles.

  • la vidéo #35 sur L’EMPIRE COLONIAL FRANÇAIS AU XIXème SIÈCLE

Avant même la 1ère minute de diffusion la vidéo propose cette image (ci-dessous) avec le commentaire “la Méditerranée était infestée de barbaresques”, les flèches suggérant que les “barbaresques” venant du Maghreb “migreraient” vers le nord de la Méditerranée. Le choix d’un vocabulaire dépréciatif sous couvert du fait qu’il s’agissait du vocabulaire de l’époque a du mal à cacher le racisme sous-jacent du propos. Elle fait passer les Algériens pour des pirates alors que l’Algérie était une province rattachée à l’empire ottoman, gouvernée par un Dey et son administration. C’est par ailleurs la convoitise des Etats européens qui est à l’origine de la colonisation de l’Algérie, et les activités de corsaires soutenues par le Dey ne sont qu’un prétexte qu’on ne saurait faire passer pour la véritable cause.

Selon Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour et Sylvie Thénault, « 1830-1880 : la conquête coloniale et la résistance des Algériens », dans A. Bouchène éd., Histoire de l’Algérie à la période coloniale. 1830-1962, La Découverte, 2014, pp. 17-44, “à l’origine du différend entre la France du roi Charles X (1757-1836) et le dey d’Alger, Hussein (1765-1838), soutenu par l’Angleterre, se trouve une livraison de blé algérien au Directoire sur laquelle pesait une affaire assez confuse de créance de deux marchands juifs de Livourne, Joseph Cohen-Bacri et Michel Busnach. Hussein Dey reprochait à la France de ne pas honorer cette créance. Le 27 avril 1827, il perdit patience au cours d’un entretien avec le consul de France à Alger, Pierre Deval, lui donnant alors un « coup d’éventail » – en réalité un chasse-mouches. Le Premier ministre de Charles X, Joseph de Villèle (1773-1854), décréta un blocus de la côte algérienne. En représailles, un navire français fut canonné par Alger.”

A 1’37, la vidéo montre Abd el Kader qui a dirigé la résistance aux Français en tentant d’unifier les populations des territoires, à l’aide de l’invocation au djihad, en train de dire “mort aux infidèles”! Il s’agit alors visiblement de le fait passer pour un fanatique islamiste alors que l’appel au djihad était un instrument de résistance et d’unification religieuse de populations très hétérogènes mais qui avaient l’Islam comme religion commune. L’anachronisme, visiblement islamophobe, vise à faire passer Abd-el-Kader pour l’agresseur. Un comble.

Selon les auteurs et autrices citées précédemment, “La guerre menée par les Algériens n’était pas celle d’une armée professionnelle ou spécialement recrutée à cet effet : le combattant algérien était d’abord un paysan, un berger ou un artisan qui défendait sa terre et sa religion au sein de sa tribu. C’est pourquoi, à l’exception des réguliers d’Abd el-Kader, il ne combattait pas loin de chez lui.”

La vidéo attribue également la victoire française au duc d’Aumale qui aurait détruit le camps d’Abd-el Kader, mais ce qui a permis sa reddition en 1847, ce sont les méthodes employées par Bugeaud.

je cite encore : “Afin de briser une population en armes, l’armée française pratiqua ainsi une guerre totale, aux méthodes effroyables. Les « enfumades » du Dahra de 1845 sont ainsi restées comme l’un des pires épisodes de la conquête, au point qu’elles soulevèrent la condamnation d’une partie de l’opinion française. En juin, le colonel Pélissier fit allumer un brasier à l’entrée d’une caverne où s’était réfugiée une partie de la tribu révoltée des Ouled Riah, provoquant la mort de plus de sept cents personnes.[…] Les insurgés de l’oasis de Zaâtcha furent massacrés par le général Émile Herbillon en novembre 1849 et, dans l’Aurès, le colonel François de Canrobert mit le feu à Nara en janvier 1850. En décembre 1852, la prise de Laghouat tourna au « carnage ».” (ibid.)

Alors que la vidéo utilise la défaite d’Abd-el-Kader comme la soumission définitive de l’Algérie à la France, en réalité, les résistances continuèrent longtemps face aux atrocités commises par les Français après 1847.

Une fois ces éléments relativement détaillés donnés pour “expliquer” la colonisation de l’Algérie, le traitement expéditif de la colonisation de l’Indochine laisse sur sa faim. On pourrait s’interroger sur ce le sens de cette indifférence voire de négligence dans le traitement de cette histoire coloniale de l’Asie, mais on retiendra que le propos s’en est tenu à des éléments principalement factuels.

A la 4’19, on passe ensuite à la colonisation de l’Afrique “noire”. Cette expression qui consiste à définir les habitants d’un continent par une couleur de peau révèle une pensée raciste implicite. Le choix des mots, alors qu’il est courant de parler d’Afrique subsaharienne ou d’Afrique de l’Ouest, du Sud ou de l’Est, contribue à perpétuer ces préjugés racistes. En outre cette colonisation est présentée d’emblée comme un processus s’accompagnant de missions de christianisation, comme si celles-ci devaient contribuer à justifier les spoliations. Elle aurait également contribué à améliorer la santé et l’instruction des peuples colonisés, nous dit-on, mais rien n’est dit étrangement sur les mauvais traitements qu’ils ont subi, les massacres, les viols, le travail forcé, l’exploitation, la spoliation, et tous les scandales qui ont pourtant été dénoncés dès les premiers temps (cf rapport Brazza 1905, André Gide, Albert Londres, etc.). On apprend en revanche que les colons envoyés dans les colonies ont durement travaillé pour développer les activités économiques, mais rien sur la part des peuples colonisés qui ont pourtant fourni l’essentiel de ce travail dans des conditions d’exploitation proches de l’esclavage.

En 1848, l’abolition de l’esclavage justement est présentée à 4’55 comme une avancée que les Français auraient apporté à l’Afrique, comme si le problème de l’esclavage à cette date était la traite intra-africaine! C’est vilement cacher qu’elle était fondamentalement stimulée par la traite transatlantique qui déporta treize millions d’Africains.

Les peuples colonisés auraient ainsi gagné des avantages à la colonisation, apprend-on à la 5e minute: de nouvelles techniques agricoles et toutes les infrastructures nécessaires à l’exploitation de ces territoires.

Lyautey est ainsi présenté comme un grand humaniste qui respecte la culture des peuples “autochtones”, le même qui avait envisagé d’utiliser une arme ultime contre les Rifains, l’ypérite (ou « gaz moutarde », une terrible arme chimique), dont lui-même et Moulay Youssef avaient pourtant condamné l’utilisation par les Espagnols.

Au passage la colonisation de l’Amérique est présentée comme comparativement mauvaise puisque que les indiens ont été “chassés”. Ce terme ne manque pas de sel quand on sait que plusieurs études scientifiques ont montré qu’il y a bien eu une extermination des Amérindiens, et qu’il est même possible de parler d’ethnocide, voire de génocide, même si ce dernier terme est contesté. Voir sur ce point Nelcya Delanoë, « Américains et Amérindiens », dans Manière de voir, août 2004 (// https://www.monde-diplomatique.fr/56236); Élise Marienstras, « Guerres, massacres ou génocides ? Réflexions historiographiques sur la question du génocide des Amérindiens », dans David El Kenz (dir.), Le Massacre, objet d’histoire, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2005, p. 275-302.

La fiche “révision” est digne d’un rare “révisionnisme” en effet tant elle met en valeur les bienfaits de la colonisation en passant sous silence le poids bien plus considérable de ses méfaits. La conclusion sur la désolation de cet empire perdu et de la France qui “a perdu l’essentiel de ses colonies depuis 1945” ajoute une pointe de nostalgie OAS à cette vidéo que l’on vous déconseille d’utiliser pour toutes ces raisons et bien d’autres.

La video « je révise avec toi » sur l’histoire de la colonisation  est tout juste digne d’un manuel scolaire de la 3e république coloniale. Un exposé supposé neutre sinon glorifiant l’épopée coloniale. Aucune problématique ne serait-ce qu’esquissée, sur ce qu’est la colonisation, sur l’esclavage dans les colonies jusqu’en 1848, sur qui étaient  les colonisés, sur l’évolution et le pourquoi de la décolonisation, sur l’indépendance « qui est une autre histoire ». Bref une leçon d’ignorance prolongée.

Catherine Coquery-Vidrovitch
  • Bibliographie

Marie-Albane de Suremain, Sophie Duluc et David Lambert, Enseigner les colonisations et les décolonisations, Canopé éditions, 2016.

Benjamin Stora, Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Découverte, 2004

voir aussi l’article de Libération sur le sujet du 7 février 2023



Citer ce billet
Madeline Fanny (2023, 11 janvier). Les vidéos “je révise avec toi”: une instrumentalisation qui tourne au révisionnisme. CVUH. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwp

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/02/2023

    […] aux Usages publics de l’Histoire s’est à son tour emparé de l’affaire et dénoncé, sur son site, les divers mensonges et manipulations confinant au révisionnisme qui sont déroulés dans les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search