Les vidéos “je révise avec toi” #lesCroisades sur une mauvaise route

Une chaine Youtube intitulée “je révise avec toi” propose toute une série de vidéos problématiques par leur manière de raconter l’histoire. Marquées par un penchant pour le roman national, elles proposent une lecture biaisée voire erronée de l’histoire déconnectée des avancées de la recherche scientifique. On vous explique pourquoi pour plusieurs d’entre elles.

  • La vidéo #31 sur LES CROISADES

« Les croisades sont des expéditions militaires menées par les chrétiens pour libérer la ville de Jérusalem des mains des musulmans ». Ainsi présentée, cette définition qui ouvre la vidéo est fausse. Impossible en effet de mettre « libérer Jérusalem » dans la définition de ce qu’est une croisade, étant donné qu’un grand nombre sont lancées, et ce dès le XIIIe siècle, vers d’autres destinations : en Europe du nord contre les Baltes, dans le sud de la France contre les Albigeois, ou même vers des souverains chrétiens alors en bisbille avec le pape. Au sens strict, la croisade est un pèlerinage armé, à vocation pénitentielle (y participer permet de racheter ses péchés), ordonné par le pape. Les plus célèbres sont en effet lancées vers la Terre sainte, mais cette destination ne fait pas partie de l’identité profonde de ce qu’est la croisade.

La carte est fausse. Autant l’erreur sur « empire byzantin » peut être acceptée car c’est un usage pédagogique omniprésent, autant présenter un seul immense « empire musulman » est bien sûr incorrect. Au XIe siècle, le Dar al-Islam est profondément divisé, ne serait-ce qu’entre les Abbassides de Bagdad, dynastie sunnite, et les Fatimides du Caire, dynastie chiite. Etant donné que c’est précisément cette division qui permet les succès des premiers croisés, l’omettre semble particulièrement malhabile, voire malhonnête : une manière de surestimer l’unité d’un islam présenté comme uniformément menaçant et agressif.

« Les musulmans occupent une partie de l’Espagne, l’Afrique du Nord, le Proche et le Moyen-Orient ». L’histoire est une science rigoureuse et les mots ont un sens. En l’occurrence, ce « occupent » fait tiquer : après tout, on n’a pas entendu, quelques secondes auparavant, que « les chrétiens occupent la France » ! Le choix du terme permet de présenter les musulmans comme des « occupants », donc in fine comme illégitimes – a fortiori en français, langue dans laquelle le terme « d’occupation » charrie un imaginaire historique précis. En outre, signalons que cette présentation rapide oublie, comme trop souvent, les chrétiens d’Orient : au XIe siècle, ceux-ci sont pourtant nettement majoritaires dans le monde islamique.

« Les Seljoukides décident d’interdire l’accès aux Lieux Saints et menacent la chrétienté toute entière ». Le premier élément de la phrase est vrai, et cette fermeture des Lieux Saints est bel et bien l’une des causes (lointaines) des croisades. Mais la seconde partie de la phrase est fausse. En 1095, quand le pape Urbain II prêche la première croisade, les Seljoukides ne sont déjà plus dans une dynamique de conquêtes, et se divisent au contraire en émirats rivaux. La chrétienté n’est absolument pas menacée : au contraire, la première croisade participe d’un nouveau dynamisme de l’Occident, alors en pleine croissance économique et démographique. Les sources musulmanes de l’époque insistent d’ailleurs sur le fait que ce sont dorénavant les chrétiens qui passent à l’offensive. L’erreur commise par la vidéo est ici lourde de sens, car il s’agit d’une vision de l’histoire chère à la droite traditionnelle et à l’extrême droite, qu’on retrouve par exemple sous la plume d’un Eric Zemmour : décrire une chrétienté menacée par les musulmans permet de présenter les croisades comme des guerres défensives, donc d’en légitimer l’existence, tout en jouant plus ou moins discrètement sur des images xénophobes qui fantasment « le musulman » sous les traits d’un éternel envahisseur.

La carte est fausse, bien sûr : non seulement la France n’existe pas encore à l’époque, ni comme réalité géopolitique ni même encore comme idée, mais en outre, elle n’aura pas ces frontières avant des siècles. L’anachronisme, ici, ne s’explique même pas par volonté de simplification pédagogique : c’est juste un moyen commode, quoiqu’usé jusqu’à l’os, de reprendre une vision nationaliste des croisades en glorifiant le rôle des Français. En l’occurrence, la suite de la vidéo cite d’ailleurs le comte de Toulouse, le duc de Normandie ou le duc Godefroy de Bouillon : trois seigneurs qui ne sont… pas français.

La tournure est, au mieux, très maladroite, et semble sous-entendre que les différents ordres religieux-militaires ici présentés existent encore – alors que seuls les Hospitaliers, sous une forme profondément transformée, ont duré jusqu’à aujourd’hui. La vidéo passe à côté de l’occasion de faire de l’histoire – on aurait pu expliquer comment la croisade pousse à la formation de ces ordres, innovation religieuse majeure à l’époque – et se contente d’une forme d’apologétique chrétienne molle.

Pour l’Oscar du bon souverain, est nominé… Plus sérieusement, rappelons qu’en histoire on ne juge pas, on ne classe pas entre « bons souverains » et « pas bons souverains ». L’idée même prête à sourire, mais, présentée dans une vidéo à destination d’élèves du secondaire, elle est plus énervante que ridicule, et est dans tous les cas radicalement an-historique.

En réalité, la suite de la vidéo permet de comprendre que ce « bons souverains » n’est pas qu’une coquille de langage. La vidéo explique en effet que ces rois de Jérusalem ont permis le « développement pacifique » des États latins, ce qui est une aberration totale. Les Etats latins vivent au contraire dans un état de guerre permanente, et leurs souverains multiplient les offensives pour agrandir leurs territoires : les États latins ne se forgent qu’au gré de conquêtes successives, durables (Ascalon) ou pas (l’Egypte, brièvement tenue par Amaury II). Sur toute la durée de sa chronique, Foucher de Chartres ne recense par exemple qu’une seule année sans guerre : et, significativement, il écrit qu’il n’a rien à dire pour cette année là, puisqu’il n’y a pas eu de combats… L’idée d’un Orient latin chrétien donc pacifique est donc totalement fausse.

La carte est fausse, à nouveau : le commerce médiéval est bien sûr très majoritairement maritime, pour des raisons logistiques évidentes. C’est la Méditerranée qui est le grand carrefour des échanges, pas l’aride Anatolie !

On réalise bien à ce stade qu’on a quitté la leçon d’histoire pour tomber dans l’historiette morale au mieux, la propagande politique au pire. On nous explique en effet que les « bons souverains » chrétiens ont su régner pacifiquement, ce qui a permis le développement du commerce, mais qu’ensuite « les Turcs reprennent leurs attaques », et patatras. Gentils chrétiens qui commercent contre méchants Turcs qui attaquent : il s’agit bien ici de se servir de l’histoire des croisades pour proposer un message politique censé résonner avec notre époque contemporaine.

Ici encore, la vidéo assume son biais totalement christiano-centré. La quatrième croisade est une « catastrophe », car les croisés pillent Constantinople, ville chrétienne, alors qu’évidemment la première croisade était une superbe victoire, puisque cette fois on avait conquis une ville musulmane… Là encore, ce vocabulaire n’a rien d’historique : il est important au contraire d’apprendre à nos élèves que l’histoire ne consiste pas à juger, mais à étudier les sociétés du passé.

Cela peut avoir l’air d’un détail, mais on dit « Louis IX », pas saint Louis. Par définition, de son vivant, Louis n’était pas encore saint… Dire « Saint Louis mène la croisade » est donc un anachronisme, ou plutôt une vision téléologique (quand on regarde l’histoire par la fin). Ici, vu le reste de la vidéo, il paraît évident que parler de « saint Louis » n’est pas simplement une facilité de langage, mais un moyen conscient et choisi de s’inscrire dans une vision chrétienne de l’histoire.

On termine avec cette petite « fiche de révisions », qui reprend donc toutes les erreurs précédemment énoncées, et en commet d’autres. S’il est indéniable que Godefroy de Bouillon et Richard Cœur de Lion deviennent, dès leur époque, des mythes chevaleresques, impossible d’en dire autant pour Baudouin IV : le roi-lépreux de Jérusalem est un personnage peu connu dans l’Europe médiévale, et ce n’est qu’au XIXe siècle qu’on l’a peu à peu réinventé comme héros tragique (avant que le Kingdom of Heaven de Ridley Scott n’enfonce le clou). Quant à Frédéric II, c’est encore pire : cet empereur avait une réputation sulfureuse, et fut plusieurs fois excommunié par l’Église ! Bref, à trop vouloir chercher des mythes partout, on se prend les pieds dans le tapis : une autre bonne raison d’éviter d’utiliser en classe cette vidéo qui n’apprendra rien, à part que le roman national cher à la droite traditionaliste a la vie dure.

Florian Besson



Citer ce billet
cvuh (2023, 17 janvier). Les vidéos “je révise avec toi” #lesCroisades sur une mauvaise route. CVUH. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwq

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Sebastien dit :

    Vous êtes un peu tatillon et sévère avec la dame. On est sur youtube et une vulgarisation de l’histoire. On peut être à peu près sûr que tous les historiens ont faux, on a déjà du mal à faire une analyse correcte de ce qui se passe de nos jours dans le monde, alors d’avoir la grande vérité sur les croisades faut être osé. Regardez, y’en a se pose la question de savoir à qui appartient la Crimée !

    • Madeline Fanny dit :

      la vérité n’existe pas en histoire, mais tenter de s’en approcher est une démarche déontologique qui consiste principalement dans le respect de procédures scientifiques. Or clairement ici, les producteurs de cette vidéo ne s’intéressent ni à la vérité ni à la déontologie de la démarche historique, mais laissent libre cour à une interprétation idéologique des faits. Quant à ce qu’il s’est passé au cours des croisades, personne ne détient aucune vérité, et personne n’affirme que c’est le cas, mais quand la manière de présenter les choses est aussi tendancieuse et erronée vis à vis des connaissances historiques il est important de le relever.

  2. Jean dit :

    Merci pour cette analyse qui permet à la vérité de briller

  3. seb dit :

    Ce que je trouve “flippant” en lisant ça c’est que ce qui est montré dans la vidéo ressemble aux souvenirs que j’ai de mon livre d’histoire géo dans les années 90. Je me souviens d’une carte avec “Empire Ottoman” qui va en gros de la Turquie au Maroc actuel, sans délimitations entre sunnites ou chiites (dont je n’ai jamais entendu parlé à l’école d’ailleurs) ou autre, ou des cartes avec des flèches présentant les différentes croisades qui partent plus ou moins toutes de la France vers Jérusalem, sans évoquer de croisades des albigeois par exemple.
    Ce sont des souvenirs d’il y a 30 ans, je peux parfaitement me tromper, mais je pense faire partie de ceux qui s’intéressaient à l’Histoire au collège, donc j’imagine même pas les souvenirs que peuvent en avoir ceux que ça n’intéressaient pas. Si mes souvenirs sont bon, ça veut aussi dire que les défauts de cette vidéo c’est ce qui a été appris par ceux qui ont plus de 40 ans aujourd’hui.

  1. 09/02/2023

    […] de l’Histoire s’est à son tour emparé de l’affaire et dénoncé, sur son site, les divers mensonges et manipulations confinant au révisionnisme qui sont déroulés dans les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search