Les vidéos “Je révise avec toi” et “nos ancêtres les Gaulois”

Une chaine Youtube intitulée “je révise avec toi” propose toute une série de vidéos problématiques par leur manière de raconter l’histoire. Marquées par un penchant pour le roman national, elles proposent une lecture biaisée voire erronée de l’histoire déconnectée des avancées de la recherche scientifique. On vous explique pourquoi pour plusieurs d’entre elles.

  • les vidéos #12 et #15 sur les Gaulois et “la Gaule romaine”

Les différents épisodes de la chaîne Je révise avec toi sont conçus pour s’enchaîner les uns après les autres et ainsi tisser une histoire de France qui n’est rien d’autre qu’une variation autour du roman national. Les épisodes 12 et 15, intitulés « les Gaulois » puis « la Gaule romaine », construisent ainsi l’idée que les populations vivant dans l’Antiquité sur l’actuel territoire français seraient nos ancêtres directs. Et pas n’importe quels ancêtres…

On ne peut sans doute pas enseigner l’histoire sans frises chronologiques. Celles de Je révise avec toi sont cependant étonnantes : les quelques 6500 ans qui séparent « l’apparition des premiers villages » de l’invention de l’écriture sont représentés de la même manière que les 3500 ans qui permettent d’arriver à l’année 0 (qui n’a jamais existé), mais aussi que les quelques mille ans du Moyen Âge et les 400 ans de l’« époque moderne et contemporaine » (sic). L’erreur est donc ici de 1 pour 16. Certes, on fait de l’histoire, pas des mathématiques, mais c’est donner aux élèves l’impression que le temps se distend au fur et à mesure qu’il s’approche de nous et ainsi leur interdire de mesurer toute l’épaisseur du temps passé, de ressentir ce vertige devant l’étendue des périodes que l’on connaît mal, voire pas du tout. Quant aux dates négatives, surtout si c’est pour y ajouter un « av. J.-C. » redondant, ce n’est guère plus sérieux.

Les repères géographiques ne sont pas mieux traités. La carte représentant le monde celte, avec sa « soixantaine de tribus », a l’intérêt de montrer la disparité de ceux que les Romains unissent sous le nom de « Gaulois ». Mais les celtes dont il est ici question, autour des iiie – ier s. av. J.-C., s’étendent bien au-delà de cette zone bleue : ils sont sans doute également présents dans le sud-est de la France actuelle (dont les frontières sont anachroniquement représentées), assurément sur l’île de Bretagne, en Ibérie (actuelle Espagne), et même dans la plaine du Pô, sur l’actuel territoire italien. Sans parler des Galates, dont il est question quelques minutes plus tard dans la vidéo, qui se sont installés dans les Balkans. Représenter ainsi des « gaulois-celtes » présents essentiellement à l’intérieur des frontières actuelles de la France, en oubliant tous les autres celtes, n’est-ce pas tenter de démontrer une continuité entre « eux » et « nous » ?

                Ce « nous » est d’ailleurs lâché à la fin de la vidéo : « notre territoire se couvre d’aqueducs et de cités romaines avec leurs thermes ». Nous sommes donc de valeureux et fiers gaulois, civilisés par nos frères-ennemis romains…

                Revenir sur les (fausses) idées reçues et les préjugés tenaces n’est de toute évidence pas le but de cette vidéo qui, au contraire, reprend avec sérieux les erreurs et les anachronismes – pour la plupart tout à fait volontaires – des aventures d’Astérix. De fait, les personnages de la série créée en 1961 par René Goscinny et Albert Uderzo ont modelé notre imaginaire de cette période, et chaque nouvelle sortie figure en tête des ventes de livres en France. Travailler à partir de ce matériau est donc pédagogiquement tout à fait intéressant, mais encore faut-il souligner la distance avec laquelle scénaristes et dessinateur traitent le sujet : leur but est bien plus de parler de nos contemporains que de représenter les sociétés du passé. En l’occurrence, non, les Gaulois ne portaient pas de moustaches, pas plus que des casques à plumes, et leurs chefs ne paradaient pas sur des boucliers renversés.

                On pourrait jouer à noter les erreurs contenues dans ces vidéos, qui sont légion. Sans tout relever, pourquoi utiliser des termes latins, qui n’apportent souvent rien de plus que l’équivalent en français, si c’est pour s’emmêler les pinceaux dans la grammaire latine ? On a ainsi des oppidum (sic), des via romana (sic), des villa (sic), fautes tout aussi graves que d’oublier un « s » de pluriel en français. Quant à l’image de la domus romaine typique, issue d’une page wikipedia dont la légende est pourtant très claire (et non fautive)[1], elle ne représente pas deux atria, mais un atrium à l’avant et, à l’arrière, un péristyle hérité de l’architecture grecque. Et ce n’est pas un détail : dire que la culture romaine est profondément gréco-romaine, c’est souligner qu’elle est le fruit d’un mélange, un syncrétisme largement issu de la traduction et de l’adaptation des modèles grecs[2].

Le syncrétisme n’est pas totalement ignoré, mais il n’est traité que sous l’angle religieux : on apprend que les Romains « affichent une vraie tolérance envers les autres cultes ». C’est tout à fait vrai, et l’on peut s’étonner de l’emploi du verbe « afficher », qui sous-entend que ce n’est que de façade. Il n’empêche que la vidéo rappelle avec raison que les habitants des Gaules romaines rendent des cultes à la fois à des divinités d’origine celte, à des divinités romaines – souvent, à un mélange des deux, ce que la vidéo oublie de mentionner – mais aussi, du moins pour les citoyens romains, à des empereurs. N’oublions pas cependant que le culte impérial, dans la partie occidentale, ne s’applique qu’aux empereurs morts et divinisés, jamais à l’empereur vivant.

Mais c’est dans le traitement du christianisme que le propos devient flou voire faux. « Progressivement, on assiste au développement en Gaule d’une nouvelle religion, le christianisme. Ses adeptes, qu’on appelle les chrétiens, sont d’abord peu nombreux. Ils font l’objet de persécutions car ils croient en un Dieu unique et refusent le culte impérial. » Présenté comme cela, on pourrait presque croire que le christianisme est né en Gaule, du moins ne comprend-on pas qu’il est « importé » à travers les réseaux de l’empire romain : c’est un des effets de la mise en contact de l’ensemble de la Méditerranée sous domination romaine et de l’influence de Rome sur les provinces des Gaules.

                Les persécutions contre les chrétiens, qui sont historiquement attestées, sont quant à elles présentées de manière fantasmée, notamment via un célèbre tableau du peintre Jean-Léon Gérôme, La dernière prière des martyrs chrétiens (1883). On est ici dans une réécriture moderne de la martyrologie chrétienne, pas dans l’analyse historique, de même lorsque le présentateur parle de « Sainte Blandine », qui n’est « sainte » que du point de vue chrétien. Parler de « Blandine de Lyon » par exemple, aurait été une manière plus impartiale de présenter cette histoire. Adopter ce vocable c’est assumer une vision de l’histoire du point de vue chrétien, qui manque donc de distance vis à vis des textes chrétiens qui nous permettent de connaître ces événements, c’est choisir de croire plutôt que de connaître.

                 Cela donne, en sous texte, l’impression d’une continuité entre ces Gaulois, d’abord romanisés puis chrétiens, et les Français d’aujourd’hui, impression soulignée par des rapprochements entre la Gaule pré-romaine et le Haut Moyen-Âge : Charlemagne n’est cité que comme porteur du sayon, un vêtement gaulois précédemment désigné dans la vidéo sous le terme de « saie » (même si les deux sont corrects, pourquoi changer ?). Il semble ainsi bien plus « gaulois » que son homologue romanisé, qui a gardé cheveux longs et moustaches à la Astérix, mais en mieux peignés et associés à une toge. Un vrai gaulois/français ? Quant aux derniers mots de la vidéo, ils permettent de passer en quelques mots de la « Gaule romaine » à la France chrétienne, une fois celle-ci libérée de la présence romaine : « C’est la fin de la Gaule Romaine. Clovis devient Roi des Francs et se fait baptiser à Reims. C’est le début de la France des Mérovingiens ».

                Conclusion

                « La Gaule romaine » : le titre même de l’épisode 15 résume l’idée qui sous-tend ces vidéos sur l’Antiquité. Parler de « la Gaule » au singulier est faux, puisqu’il n’a jamais existé un territoire unifié sous ce nom – le présentateur se sent d’ailleurs obligé de parler de « la Guerre des Gaules », rependant les mots de César et rappelant par là même que pour les Romains il s’agit de plusieurs régions qui deviennent à terme des provinces distinctes. C’est donc fantasmer une France d’avant la France.

Pauline Ducret


[1] https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Domus_suomi.png

[2] Florence Dupont, Histoire littéraire de Rome de Romulus à Ovide. Une culture de la traduction, Paris, Armand Colin, 2022.



Citer ce billet
cvuh (2023, 22 janvier). Les vidéos “Je révise avec toi” et “nos ancêtres les Gaulois” CVUH. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfwr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search