Les vidéos “je révise avec toi” prennent le mythe de Charles Martel pour de l’histoire

Une chaine Youtube intitulée “je révise avec toi” propose toute une série de vidéos problématiques par leur manière de raconter l’histoire. Marquées par un penchant pour le roman national, elles proposent une lecture biaisée voire erronée de l’histoire déconnectée des avancées de la recherche scientifique. On vous explique pourquoi pour plusieurs d’entre elles.

  • la vidéo #32 sur Charles Martel

Charles Martel est d’emblée présenté comme « l’un des personnages les plus importants de notre histoire » : on renverra au contraire au livre passionnant de Christophe Naudin et William Blanc, qui rappelle combien Charles Martel a été ignoré et presque oublié pendant des siècles. Au contraire, les « bons rois mérovingiens » tant appréciés du Moyen Âge ou de l’époque moderne, parmi lesquels Dagobert bien sûr, sont largement absents aujourd’hui des mémoires collectives. Ce n’est finalement qu’assez récemment que Charles Martel a gagné sa place sur ce podium si contestable des « grands hommes importants de notre histoire »…

Je passe rapidement sur ce point, mais notons quand même que la frise est fausse : l’absence de toute proportion (le Moyen Âge, fautivement écrit avec un tiret, dure moins longtemps que les six siècles de l’époque moderne et contemporaine…). Rien de dramatique car de fait il est difficile de représenter le temps sur des temps aussi longs, mais ils auraient pu et donc dû faire un effort.

Après avoir souligné que Clovis partage le royaume entre ses fils, l’animateur interpelle son auditoire pour lui demander « à ton avis, est-ce une bonne décision ? Sans doute pas ! ». Là encore, comme c’était le cas dans la vidéo sur les croisades, on n’est pas dans de l’analyse historique mais dans du jugement. En histoire, on ne se demande pas si telle pratique était une « bonne décision » ou pas : outre qu’un tel classement répondrait à des critères forcément arbitraires, cela n’a aucun sens en histoire car il ne s’agit pas de distribuer bons ou mauvais points. En l’occurrence, le jugement (« ce n’est pas une bonne décision ») empêche de faire comprendre que le partage du royaume entre tous les fils est la norme à l’époque, pendant plusieurs siècles. Il ne s’agit donc pas d’une « bonne » ou d’une « mauvaise » décision, mais d’une pratique normale qui fait partie de la grammaire politique de l’époque.

« Les rivalités affaiblissent l’autorité royale. Pour tenter d’y remédier, les rois abandonnent une grande partie de leur pouvoir aux maires du palais ». Ici, la vidéo devient littéralement incompréhensible : les rois mérovingiens auraient donc abandonné leur pouvoir pour consolider leur autorité… ? Cela n’a évidemment aucun sens. L’émergence des maires du palais participe bien de l’affaiblissement progressif des monarchies mérovingiennes mais n’est pas une stratégie royale pour y « remédier ».

La carte est vraiment fausse (pourquoi colorier une grande partie du Sahara, qui échappe au contrôle des conquérants islamiques pendant des décennies, mais pas la Sicile ou la Sardaigne ?) mais c’est surtout la musique qui mérite d’être relevé. On a en effet pendant tout ce passage, qui traite des conquêtes islamiques, une musique lourde, menaçante, digne d’un film d’horreur : une manière insidieuse, presque subliminale, d’insister sur le fait que les musulmans sont un danger, ce qu’on retrouve dans les vidéos sur les croisades ou la colonisation.

Restons dans l’insidieux avec, ici, un superbe exemple de décalage entre la carte et la voix. La voix explique, à raison, que la présence des Arabes en 732 en Aquitaine vient d’une volonté de faire du butin (c’est donc une razzia, un raid) ; mais la carte montre une expansion lente et continue de cette tache de couleur rouge associée aux territoires conquis par les musulmans. La carte est donc fausse, à nouveau, et particulièrement trompeuse ici, puisqu’elle montre une véritable conquête de la moitié sud de la Gaule, arrêtée uniquement par le grand Charles Martel. Bref : la voix parle d’une razzia, la carte montre une conquête, ce qui est faux. On connaît, en règle générale, le pouvoir des images et a fortiori des cartes, supports d’un « effet de vérité » difficile à briser, et on a ici un bel exemple de la manière dont on peut utiliser une carte pour induire en erreur un public n’ayant pas forcément les codes pour la décrypter.

« La célèbre bataille au cours de laquelle la fureur de Charles lui vaut le surnom de Martel ». En réalité, on ne sait pas d’où vient ce surnom. Peut-être de la bataille, peut-être plus globalement de l’action militaire de Charles, peut-être des nombreux pillages commis en Provence (contre des chrétiens, donc) : en tout cas, ici est présentée comme une vérité historique ce qui n’est qu’une hypothèse parmi d’autres, forgée notamment par Gibbon, un antiquaire du XVIIIe siècle, qui ne repose sur aucun document connu et qui est plus probablement le fruit de son imagination. On voit la liberté qui est prise ici avec les connaissances historiques qui sont évacuées au profit de légendes anecdotiques.

« Même s’il n’a jamais porté la couronne, son action au service de l’unité et de la protection des royaumes francs a préparé le transfert du pouvoir royal vers la dynastie des Carolingiens ». Cette phrase pose de nombreux problèmes, d’abord son orientation téléologique, c’est à dire l’interprétation des faits à partir de ce qui va se passer après, qui va à l’encontre d’une démarche historienne; ensuite des affirmations anachroniques comme celle selon laquelle Charles Martel aurait cherché à « protéger les royaumes francs » : il a avant tout voulu imposer son autorité, et celle de sa famille, il n’était pas dans une démarche d’unité des dits royaumes. Le présenter comme le bon réunificateur, après les mauvais rois mérovingiens qui divisent le royaume, vise à construire un récit des origines de l’unité nationale, c’est lecture très orientée qui sert principalement à instrumentaliser l’histoire à des fins patriotiques. En réalité, à sa mort, ses domaines sont à nouveau, en conformité avec les pratiques successorales de l’époque, partagés entre ses fils. Mais évidemment, préciser cela aurait cassé la continuité du discours téléologique que propose la vidéo dont le but est de construire une apologie des grands hommes qui chacun à leur tour ont bâti la France, bref une conception qui relève du roman national, davantage que de la connaissance historique.

Florian Besson.

  • Bibliographie

William Blanc et Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Montreuil, Libertalia, 2015.



Citer ce billet
cvuh (2023, 24 janvier). Les vidéos “je révise avec toi” prennent le mythe de Charles Martel pour de l’histoire. CVUH. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfws

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search